Rechercher
  • Bp

Communiqué:Pourquoi les nouveaux opérateurs continuent-ils à s'appuyer sur financement par actions?

Dernière mise à jour : 15 sept.

A Lyon, il y avait les trois jours des ConnectingEurope Days. Il était la dernière conférence de la présidence française de l'UE et était consacrée au réseau transeuropéen.


Le premier jour, il est déjà question d'aviation. Le ton est donné. Mais tout comme ALLRAIL, nous pensons que les chemins de fer devraient également bénéficier de l'attention nécessaire !


Dans notre précédent blog, nous avons évoqué les difficultés rencontrées par les nouveaux exploitants de trains de nuit pour trouver des wagons adaptés. Mais obtenir leurs propres fonds ou leur propre soutien est aussi toute une entreprise !


Fin mai 2021, la société néerlando-belge European Sleeper a levé 500 000 euros auprès de 350 contributeurs en seulement 15 minutes, espérant lancer un service vers Prague en 2022. Mais une bonne année plus tard, il semble que le plan soit indéfiniment retardé. L'une des raisons est que les investisseurs sont réticents à soutenir un projet d'une telle envergure, qui nécessite beaucoup de capitaux et comporte tant d'obstacles à surmonter.


Un exemple regrettable


"Et c'est un exemple typique", déclare l'asbl Back on Track Belgium, l'asbl qui milite en faveur d'un plus grand nombre de trains de nuit au départ et à destination de Bruxelles. "Nous entendons également un son similaire de la part d'autres entreprises. Ce n'est pas le seul, mais en plus de la jungle des règlements des non-alignés, c'est un obstacle de plus. Ce n'est pas que la demande manque. Le Nightjet, qui circule trois fois par semaine entre Bruxelles et Vienne, est souvent largement rempli. Les réactions aux plans des nouvelles entreprises ferroviaires sont également très positives de la part du grand public. Cependant, le paysage des trains de nuit est stérile depuis la libéralisation des années 2000, et les entrepreneurs qui osent remettre ces trains sur les rails doivent maintenant traverser un désert : gestionnaires ferroviaires peu coopératifs, réglementations non coordonnées, absence d'offre de wagons-lits (de qualité)..... Maintenant que l'Année européenne du rail est terminée, les trains de nuit sont considérés comme quelque chose de marginal. Le trafic à grande vitesse a de nouveau le vent en poupe. regrette l'organisation à but non lucratif.


Il reste encore beaucoup d'argent de relance


La présidente de la Commission européenne, Mme Von Der Leyen, a déclaré dans un discours qu'il restait 250 milliards d'euros de fonds de relance disponibles. "C'est 250.000 millions. Quand on sait qu'une rame complète pour une liaison ferroviaire de nuit coûte environ 25 millions, on pourrait faire beaucoup avec cette somme en tant qu'Union européenne et contribuer à la relance économique et aux objectifs climatiques en même temps. Non pas qu'un gouvernement doive tout réglementer en détail pour chaque couple, comme le type de couleur des sièges, mais en investissant dans du matériel qui peut être loué, les compagnies ferroviaires doivent déjà investir moins dans ce matériel et cela augmente la volonté des investisseurs d'investir dans l'un des principaux modes de transport longue distance actuels et futurs !


Espérons que les politiciens entendront ces cris de détresse du monde ferroviaire et ne se préoccuperont pas uniquement de la question énergétique qui semble prévaloir aujourd'hui !

57 vues0 commentaire