Rechercher

Communiqué de presse: Se réveiller à Malmö reste une utopie





Le 14 septembre 2020, le ministère suédois des transports a publié un appel d'offres public pour un train de nuit entre Stockholm et Hambourg et entre Malmö et Bruxelles. Il était censé succéder au "Nord Expres", qui a été supprimé au début des années 2000, comme de nombreux trains de nuit, et permettait de relier Stockholm à Ostende en 22 heures.


Pas moins de deux ans plus tard, un voyageur attend Godot à Bruxelles-Midi. Néanmoins, les Suédois croient fermement en cette connexion, qui offre également des possibilités vers Paris et Londres. Pas moins de 62 % des personnes interrogées dans le cadre de l'étude ont trouvé le lien assez ou très attrayant. Il y a donc beaucoup de potentiel. Une extension supplémentaire vers/depuis Stockholm a même été suggérée.


Le marché n'est pas intéressé par la connexion avec Bruxelles en raison du peu d'intérêt politique


Mais malheureusement, le marché n'a été trouvé que pour la liaison Stockholm - Hambourg - intéressant et c'est la compagnie publique suédoise SJ qui exploite cette liaison depuis début septembre.


"Pour la liaison avec Bruxelles, personne ne s'est inscrit. Ce n'est pas illogique, car il n'est pas facile d'exploiter de manière rentable un train de nuit, qui doit en outre traverser trois frontières nationales. Cependant, l'ÖBB (publique) d'Autriche y parvient. Mais les opérateurs potentiels ont du mal à s'y retrouver parmi les nombreuses exigences et le peu d'intérêt ou d'actions concrètes visant à réduire les obstacles pour les trains de nuit font que personne ne se lance. Cela ne nuit pas seulement au voyageur, mais aussi au climat ! ", souligne Maarten Demarsin de l'asbl Back on Track Belgium, qui fait campagne pour le retour des trains de nuit. "Il devrait y avoir une vision européenne et non seulement le marché devrait être responsable de l'approvisionnement (comme c'est le cas actuellement dans la vision libérale de la Commission européenne) mais aussi une institution publique devrait pouvoir concevoir un réseau et en être responsable. Tout cela devrait être discuté comme il se doit dans le cadre du débat public."


Le train de nuit comme alternative plus durable


"Les compagnies aériennes à bas prix elles-mêmes indiquent déjà, en raison de la crise énergétique, que les vols à prix cassés ne sont plus viables ou qu'elles s'en vont tout simplement, ce qui a un effet sur l'emploi. Et le voyageur, qui est laissé sur le carreau sans alternative moins polluante."


En collaboration avec d'autres organisations de toute l'Europe, le collectif Back on track Belgium a calculé qu'un voyage en train de nuit n'émet que 15 kg de CO2, alors que l'avion en émet facilement 305. C'est 20 fois plus. L'étude, intitulée #3procentovernight, a même calculé que si 362 millions de voyageurs prenaient l'avion pour des trajets allant jusqu'à 1 500 km, cela permettrait d'économiser 73 % de mégatonnes de CO2. Cela représente 3 % des émissions du transport européen (ou les 3/4 des émissions belges). Si vous remplacez également les trajets jusqu'à 3 000 kilomètres par des trains à grande vitesse, vous réalisez des économies de CO2 encore plus importantes !


Vers Malmö en tout cas


Dans le passé, le ministre fédéral de la Mobilité, également de la SNCB et de l'Aéroport national, a déjà indiqué qu'il avait discuté du train de nuit vers Malmö (plusieurs fois) avec ses collègues ministres au Conseil européen, mais jusqu'à présent, aucune conséquence concrète. Et à la date présumée du 22 août que Trafikverket avait avancée comme date de démarrage, aucun train n'est parti. C'est pourquoi Back on Track Belgium s'est associé aux collectifs allemand, danois et suédois et a organisé son propre train de nuit - malheureusement virtuel - vers Malmö. Le signal de départ a été donné à 19h44 à Bruxelles-Midi en présence du ministre Gilkinet, qui s'est vu remettre un réveil. Il aurait pu l'utiliser pour se réveiller à temps pour le petit-déjeuner sur le quai de Malmö. Aujourd'hui, il s'agit surtout d'un symbole pour réveiller l'initiative des Suédois et prendre des mesures concrètes en faveur de la connexion.


Poursuivre les efforts en faveur de #Hub4Brussels


"La liaison avec Malmö a tout pour plaire : un grand potentiel de passagers, un itinéraire intéressant traversant d'importantes villes belges, allemandes, danoises et suédoises, des avantages écologiques et économiques. Nous continuerons à suivre ce dossier !" conclut Demarsin depuis la gare de Bruxelles-Midi, le nœud de leur réseau de vœux #Hub4Brussels vers les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Allemagne, l'Espagne, la France, l'Italie, l'Autriche, la République tchèque, la Pologne, le Danemark et la Suède.


Regardez les images du jour sur www.backontrackbelgium.be/brussels-malmo.


15 vues0 commentaire